De nos jours on se soucie davantage des questions environnementales et de tout ce qui touche à l'écologie car les individus sont plus conscients et beaucoup plus sensibles aux conséquences éventuelles de la pollution.

En effet, les facteurs polluants sont omniprésents et les autorités concernés sont à cheval maintenant en décrétant des réglementations à respecter et c’est le cas notamment pour la qualité de l'air intérieur qui est un problème d’actualité pour lequel des mesures ont été prises sérieusement.

Que faut-il savoir sur la qualité de l’air intérieur ?

Avant, les préoccupations se focalisaient sur la qualité de l’air extérieur et les conséquences de la pollution sur celui-ci, mais depuis peu une nouvelle vision se porte sur l’air intérieur dans les bâtiments car la pollution y est plus importante qu’en dehors et les habitants y sont exposés davantage.

En effet, la pollution de l’air intérieur influe étroitement sur la santé des individus d’où la nécessité d’évaluation de sa qualité dans un logement pour permettre une mise en place des dispositifs nécessaires qui conviennent au traitement de cet air.

Toutefois, la détérioration de la qualité de l’air intérieur des bâtiments est due à deux origines bien distinctes :

  • On retrouve d’un côté l’occupation humaine qui l’affecte et cela par les dégagements des individus eux mêmes ou ceux en relation directe avec leur activité.

  • D’un autre côté, on a les dégagements qui sont dus à des produits bien spécifiques comme c’est le cas pour certains matériaux de constructions ou encore d'aménagement mais également de mobiliers.

reglementation qualite air

Pour être plus explicite concernant les risques sur la santé, il convient de souligner les conséquences d’une pollution de l’air intérieur et on peut citer comme exemple :

  • Des problèmes d’irritations des yeux ainsi que de la peau.

  • Une gène du sens olfactif.

  • Des troubles du sommeil.

  • Apparition  de certaines pathologies qui peuvent être aiguës ou chroniques comme l'asthme ou les allergies respiratoires voir même de cancers ou des intoxications qui peuvent être mortelle et d’autre encore.

Quelles sont les mesures prises pour la réglementation de la qualité de l’air intérieur ?

Il est important de diagnostiquer la qualité de l’air intérieur avant d’aller plus loin et dépolluer le lieu en question. Ainsi, il faut d’abord connaître les causes de cette mauvaise qualité et pour ce faire il est possible d’établir un diagnostic de la qualité de l’air intérieur moyennant soit :

  • Le recours à des capteurs domotiques qui sont des objets connectés permettant l’analyse et cela en temps réel de la qualité de l’air dans un domicile. De plus, selon l’équipement qui est choisi, ils peuvent alerter les individus que le seuil de pollution atteint un certain seuil et peuvent de surcroît  enregistrer les données.

  • Faire intervenir des spécialistes qui sont qualifiés dans ce domaine qui établiront le diagnostic de la qualité de l’air en effectuant des tests et en orientant vers les solutions pour dépolluer le lieux en question en fonction des causes qu’ils auront identifié de la pollution.

Cependant, la loi prévoit des obligations légales pour assurer la sécurité des personnes comme l’installation d’un système de ventilation qui soit efficace et cela pour ce qui est des bâtisses construites après l’année 1982 et cela est dû au fait des faibles performances d’isolation de ces  constructions avant cette date.

Aussi, pour l’obtention d’un air intérieur de qualité cela doit commencer lors des constructions ou encore des travaux de rénovations et ce sont les professionnels du bâtiment qui doivent élaborer des stratégies simultanées comme par exemple:

  • L’installation d’équipements qui assurent le renouvellement de l’air intérieur  efficacement .

  • La limitation maximale de l’émission des divers polluants qui sont générés par quelques matériaux de construction ou bien de rénovation.

D’un autre côté, il faut savoir que la pollution de l’air intérieur est étroitement liée aux  :

  • Caractéristiques du bâtiment.

  • Au type de peinture qui est utilisé pour le revêtement mural.

  • Le tabagisme et d’autres encore.

Toutefois, il faut rappeler que la réglementation traditionnelle tire ses origines du texte du Décret n° 87-149 de la date du 6 mars 1987 qui fixe les conditions minimales pour le confort ainsi que l’habitabilité auxquelles doivent répondre les locaux qui sont mis en location.

Aussi, le logements qui sont destinés à usage d’habitation ou encore la partie des locaux qui est destinée à usage mixte professionnelle et d’habitation doivent tous présenter les caractéristiques qui suivent :

  • Des ouvertures.

  • La ventilation.

En clair, toute pièce d’habitation se doit d'être pourvue d’un ouvrant qui donne sur l'extérieur du bâtiment pour permettre une aération et un éclairage suffisants pour assurer un bon usage du logement ainsi que la conservation du bâtiment. De même, toute pièce de service doit être pourvue d’un ouvrant qui donne également sur l'extérieur du bâtiment et qui assure le bon usage du logement ainsi que la conservation du bâtiment.

Laisser un commentaire